Compte-rendu du Forum ouvert du samedi 9 avril

Marie-Gabrielle

Pour avoir une base de réflexion, nous avons pris pour postulat de départ la création d’un éco-hameau de 20 à 150 personnes environ.

Collectif et individualité

Quelques notes en vrac.

Si, pour des raisons écologiques, l’habitat collectif peut être préféré à l’habitat individuel, il ne convient pas pour autant à toutes les personnalités. D’où l’importance de ne pas écarter la possibilité de construire des habitats individuels dans le hameau.

On peut ne pas vouloir vivre sous le même toit que son cercle intime.

Celles et ceux qui ont peur de la vie en communauté peuvent vouloir vivre à l’écart tout en faisant partie du réseau Offgrid, et venir au hameau de temps en temps.

Nous avons pensé, en plus des habitats occupés en permanence, à un habitat collectif offrant le gîte aux nouveaux venus et visiteurs occasionnels, aussi bien qu’aux personnes vivant dans des habitats individuels mais souhaitant occasionnellement ne pas dormir seules chez elles.

Aucun espace collectif ne devrait être genré.

Accessibilité

Pour les espaces collectifs comme pour les habitats, s’est posé la question de l’accessibilité, non seulement par rapport à la vieillesse qui nous attend tous a priori, mais aussi, et de façon plus générale, par rapport à l’accueil de personnes ayant un handicap réduisant leur mobilité.

 

Types d’habitats

 

Types d’habitats

 

 

Exemples

 

 

Collectifs

 

10-15 personnes

 

5 – 6 personnes

 

 

– Grandes fermes ou bâtisses à rénover

 

– Maison collective construite pour être écoresponsable.

 

 

Familiaux

 

 

– Maison familiale (cercle intime, proches)

 

– yourtes

 

 

Individuels

 

 

– Tiny houses

 

– Appartements

 

 

A quoi serions-nous prêts à renoncer pour rejoindre Offgrid :

  • Ne sait pas encore.
  • A l’espace : moins de place chez soi.
  • Au confort, dans une certaine mesure et de façon provisoire (dans un moment de transition, par exemple, entre l’ancienne vie et la nouvelle : selon les personnes, on pourrait tenir entre 3 mois et 1 ans).
  • Les personnes qui mangent de la viande sont prêtes à en réduire leur consommation.
  • La propriété a été proposée aussi, mais a fait débat.

La propriété en question :

Nous avons donc, sans pour autant entrer dans la question du montage juridique, fait un tour rapide de quelques possibilités.

Cas des habitations du hameau :

Si chaque personne/famille est propriétaire de son logement, cela signifie qu’en partant, elle est libre de le louer ou le vendre à qui elle veut, y compris des gens qui ne s’intégreraient pas dans la démarche d’offgrid.

L’idéal serait donc que les bâtiments appartiennent à la communauté, et que les habitants disposent simplement d’un droit d’usage.

Mais cette idée de renoncer à la propriété a fait ressortir la crainte de ne rien récupérer de son investissement initial en énergie ou en finances en cas de départ de la communauté ou du hameau.

Une solution envisagée, c’est que les habitants du hameau restent propriétaires de leurs logements, mais soient tenus, à leur départ, de le revendre à l’éco-hameau, qui garderait ainsi la main sur le choix des nouveaux arrivants.

Cas des habitations extérieures au hameau :

Comme dit plus hauts, certaines personnes ont émis le désir de ne pas forcément vivre à l’intérieur du hameau. Pour celles-ci, le problème ne se pose pas : si elles sont propriétaires et souhaitent déménager, la location ou la revente de leur logement n’aura pas d’impact sur le projet Offgrid.

Cas de la tiny house mobile :

Le/la propriétaire d’une tiny house aura également moins de difficultés concernant cette question : Il/elle peut contribuer à investir pour les terrains et les lieux collectifs, mais sa maison étant mobile, il/elle ne devrait pas être empêché(e) de partir avec.

 

Intéractions avec d’autres sujets :

Durant la discussion, nous nous sommes quelquefois heurtés à des problématiques liées à des thèmes dévolus à les autres groupes :

  • Le statut juridique.
  • La localisation.
  • Le nombre.
  • La santé.
  • L’inclusion.

Question laissée de côté :

La question de la sympathie – faut-il être ami(e) avec tous les habitants du logis ? A été demandée. Faute de temps, nous n’avons pu la débattre.

Habitat et relations interpersonnelles

Une pensée sur “Habitat et relations interpersonnelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *