Communautés autonomes et résiliantes

Compte rendu d’un discussion à Nuit Debout

Avec le commission écologie, le 22 avril 2016

Points abordés :

Autonomie – les 3 besoins de base :
        – permaculture
        –  « fabriquer » sa propre énergie
        – liens interpersonnels satisfaisants
Possibilité d’établir une économie basée sur le don

Comment ne pas dépenser (ou se passer d’argent) notamment pour payer le foncier, les taxes, etc ?

Une structure en forme de SCI, rachat avec de la monnaie alternative (par ex. un investisseur achète le terrain et en retour quelqu’un donne de son temps pour jardiner

  • Certaines personnes souhaitent garder leur travail et les autres pourraient convertir « l’argent » en temps de participation dans la communauté
  • Possibilité de demander le RSA ou de demander l’insolvabilité (pas d’argent pour payer = insolvabilité). Dans une optique plus globale le revenu universel serait également une solution
  • Se réapproprier la terre
  • Il existe un système juridique sous forme d’association de propriétaires afin de sortir de la propriété, de la spéculation immobilière. Les propriétaires deviennent locataires. Contacter Paris Habitat à ce sujet (Référence livre : Jujitsu politique)
Mais ce n’est pas la question principale, quand on réussit à passer le cap les solutions se trouvent, ceux qui l’ont déjà fait en témoigne
  • Passer au 4/5ème dans son emploi pour mixer travail et temps disponible afin de créer une communauté ou de faire des choses pour la communauté mais également d’apprendre, de se former (permaculture, etc), de cuisiner les produits issus de la permaculture
  • La mise en place de communautés permettrait à nos enfants de voir que d’autres solutions existent. Cela permettrait de leur fournir une alternative

Qu’est ce que la communauté ?

Réfléchir à une autonomie même individuelle sans intégrer forcement une communauté ou déménager pour aller vivre ailleurs  (réf. livre : Comment traire les poules)

  • Communauté = structure de solidarité (quelle que soit la forme que prendra la structure), qui permet de remédier à la solitude et à la pauvreté et sans créer de nouvelles barrières ou exclure (ex. les vegan/non vegan)
  • Envisager les liens, les rôles de la communauté, discuter des principes moraux car cela peut demander trop d’investissement personnel et de temps de tenter « d’éduquer » une personne qui n’a pas les mêmes opinions que soit (par ex. racisme)
  • Trouver son profil de communauté par exemple pour ceux qui souhaitent rester à Paris et ne se voient partir en Ardèche

Quels sont les blocages pour passer le cap ?

  • Réflexe humain comme la peur d’être jugé au travail par exemple
  • Force de l’habitude
  • Peur de se retrouver coincer dans un système dont on ne peut pas sortir dans 5 ou 10 ans, ou on se sentirait mal
  • S’ennuyer avec un petit groupe de personnes, se sentir seul
À Nuit Debout : communautés autonomes et résiliantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *