58 personnes ont répondu au questionnaire. Les données issues de cette enquête donnent une idée approximative de ce qu’est le groupe Offgrid en cette période. Les biais les plus importants sont que nous ne connaissons les réponses que des participants (les moins actifs s’étant probablement moins prononcé), certaines questions ont été mal posées/comprises et leurs formulations impactent les réponses (ex: le tabac et l’alcool sont probablement mieux acceptés que les drogues légales). Toute interprétation apporte elle aussi ses propres biais.

 

Les moyennes et écarts types sont accessibles via ce lien.

Le pdf des résultats globaux est accessible via ce lien.
Les résultats personnels sont accessibles à tous les membres d’offgrid sur demande, mais nous ne souhaitons pas leur large diffusion.

 

La moyenne d’age du groupe est de 32 ans.

Les critères ont été notés de 0 à 10 par l’ensemble des participants afin d’exprimer leur défiance (<5) ou leur soutien (>5) à ces critères. L’écart type est parfois indiqué: s’il est supérieur à 1,5 on peut considérer que la question divise (en particulier lorsque la moyenne est autour de 5) alors que s’il se rapproche de 1, la question rassemble.

Voici les valeurs les plus importantes pour le groupe:

  • La recherche d’un faible empreinte écologique (8,5 +/- 1,2),
  • la non violence physique (8,8) et communicationnelle (8,3),
  • l’antiracisme (8,8),
  • l’engagement contre le validisme et la psychophobie (8,4),
  • antiâgisme (8,2),
  • la lutte contre le patriarcat (8,3),
  • la lutte contre le pouvoir de l’argent (8,2),
  • l’anticléricalisme (7,8 +/- 2),
  • l’engagement contre l’exploitation animale (7 +/- 2,1)

et donc plus globalement:

  • l’altruisme (8,1 +/- 1,5),
  • un rejet des oppressions (8,1 +/- 1,6)
  • et l’équité (8,3 +/- 1,9).

Les recherches d’autonomie matérielle (7,8 +/- 1,4), d’autosuffisance matérielle (7,3 +/- 1,9) et de protection contre les effondrements civilisationnels (7,1 +/- 1,8) semblent être un point de démarcation du groupe par rapport au reste de la société.

Malgré l’adhésion à ces valeurs, le militantisme et l’activisme ne sont pas partagés (5,6). L’action du groupe passe donc par une action sur soi plutôt que sur l’autre et par des réalisations collectives.

Voici les désirs de réalisations les plus importants pour le groupe:

  • L’entraide (8,2),
  • la permaculture (8) et le jardinage (7,9),
  • la décroissance économique volontaire (8,1),
  • l’apprentissage à l’âge adulte (7,7 +/- 1,1) et le développement personnel (7,4),
  • la convivialité (7,7) et le lien social (7,4),
  • la pratique artistique (7,37)
  • et la coéducation (6,9).

 

Le groupe adhère à des pratiques de:

  • communication non violente (8,3),
  • au droit d’expression non oppressive (7,9),
  • à la tolérance des convictions philosophiques (7,8).

Il doit, s’il veut atteindre les objectifs de ses membres en termes de nombre et de diversité, permettre l’adhésion de personnes d’autres générations (7,1) et d’autres cultures (6,8)

 

Des discussions devront avoir lieu autour des notions de:

  • droit d’expression des opinions oppressives (4,7 +/- 2,5),
  • l’homogénéisation culturelle (5 +/- 1,7),
  • la variété des valeurs morales (4,4 +/- 1,6)
  • la valeur “ordre” (5 +/- 2,1)

Illustration questionnaire 1

Lieu collectif:
Une minorité de personnes (17, soit 40%) souhaite déménager dans un lieu plus collectif tandis que d’autres souhaitent partager leur temps entre 2 lieux (18 personnes) ou ne pas déménager (8 personnes). Les résultats suivants ont été pondérés en fonction de la volonté affichée de partager un lieu collectif.

Sa localisation serait:

  • en France (7,5),
  • au vert (7,5),
  • à proximité de réseaux de transports en commun (7,1)
  • et plutôt à proximité d’une ville (6,8) ou d’un village (6 +/- 2,1).

Sa taille idéale serait entre 31 et 50 habitants (6,2 +/- 1,9) ou 51 à 250 habitants (6,1 +/- 2,3).

Ce lieu collectif aurait un équilibre collectif/individuel:

  • il permettrait une solitude occasionnelle (7,7) et la tranquillité (7,7),
  • tout en mettant en place le partage de certains lieux de vie (7,6).
  • Il serait facile de se désengager (6,8 +/- 1,9)
  • mais la participation “à la carte” est faiblement plébiscitée (6,3 +/- 2).
  • Il n’y aurait pas de violence inter-espèce en son sein (8,1 +/- 1,8)
  • et il permettrait l’autonomie (7,6 +/- 1,7) et l’autarcie (7 +/- 2,2),
  • en particulier par la permaculture (8,3)
  • et la création et le partage d’activités professionnelles (7,4 +/- 1,2).

L’investissement initial pourrait d’ors et déjà atteindre plus de 400 000 € et 11 personnes prétendent à une autonomie financière individuelle après déménagement.

Des discussions devront avoir lieu autour des notions de:

  • la propriété privé (4,8 +/- 2,1),
  • la propriété d’usage (6 +/- 1,7),
  • la copropriété globale (4,8 +/- 2,6),
  • l’interdépendance économique (4,5 +/- 2,6),
  • la localisation en Île de France (5,7 +/- 2,2),
  • l’homogénéité de l’implication (4,4 +/- 1,5)
  • et la spiritualité (4,9 +/- 1,3).
Résumé des résultats du questionnaire de mai 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *